Actualités

  • Journée ARTEA et Assemblée Générale
    SAMEDI 28 Septembre 2019

    Avec la participation de l'UPPEA

    De 9h à 12h30 et de 14h à 16h30

    PROGRAMME : « Les fondamentaux de la Relaxation Thérapeutique »
    Méthode J. BERGES :
    Demande - Transfert - Corps

    Quelle est l’originalité de la Relaxation Thérapeutique ?


    Quelle est l’originalité de la Relaxation Thérapeutique ?

    La question de la demande n’est pas propre à la Relaxation, mais celle du transfert et du corps présente peut-être quelques particularités : importance notamment de la voix et du toucher du thérapeute, tout au long de la cure. Cette journée se propose donc d’interroger ces trois leviers essentiels de la Relaxation, toujours individuels dans la clinique, mais pris dans des théorisations multiples et parfois polémiques, depuis longtemps.

    « La relaxation thérapeutique Bergés permet une véritable exploration du corps et de l’image mentale, à condition que le toucher et la mobilisation du thérapeute s’accompagnent de signifiants qui n’ont rien à voir avec une pédagogie cognitive, ou une description imaginaire, mais avec une reconnaissance symbolique (…. )

    « Dans la cure, il ne s’agit pas de chercher le sens, ou de nommer dans le but de connaître, il s’agit d’aborder, à travers le transfert entre l’enfant et le thérapeute ce qui fait que le corps est humain, à savoir qu’il est parlé. » J. Bergés 2003.

    Seront abordés dans cette journée de travail ARTEA l’originalité de la Relaxation thérapeutique Bergés et son application à des enfants, ou à des adultes, en groupe ou en individuel.

    Nous reprendrons la question des fondamentaux dans la Relaxation Bergès pendant la journée ARTEA 2020 : deux années nous semblent nécessaires pour réfléchir à ces thèmes essentiels que nous tenterons d’illustrer par des cas cliniques.



    Matinée :

    9h : Accueil des participants

    9h30 : Fabrice Fouchères, Psychiatre, Psychanalyste , Paris

    « À la demande qui leur est faite, l'analyste et le thérapeute en relaxation répondent par une proposition qui est d'explorer autrement ce qui arrive et fait symptôme, dans la relation à un autre qui se fait support du transfert. Cette exploration est centrée sur la parole pour l'un : dire autrement, penser autrement, sur le corps pour l'autre : sentir autrement son corps. L'un et l'autre ne préjugent ni du résultat à obtenir, ni d'une quelconque solution prédéfinie, objet supposé adéquat et qui manquerait. Bien au contraire, ils parient d'emblée sur la production d'un écart par rapport à la demande pour relancer un processus arrêté ou fixé. Cette proposition est projet de liberté qui amènera le sujet dans le chemin qu'il parcourt en paroles, en corps, avec l'analyste ou le thérapeute en relaxation, à produire ses propres objets à l'endroit d'un manque constitutif qu'il s'agit d'habiter. Ça passe toujours par le corps, celui de l'analysant et celui de l'analyste, du patient et du thérapeute en relaxation.
    À la question qu'est-ce qu'un corps nous lui substituerons qu'est-ce qui prend corps ?
    En effet le corps est toujours présent mais il nous échappe toujours. Insaisissable, il échoue à se dire mais appelle de la parole. On ne met pas la main dessus même si comme en relaxation on le touche, c'est ce dont on fait l'expérience aussi bien en analyse que dans la relaxation. C'est pourquoi il est ce à quoi on revient toujours pour produire des nouages pour vivre. »

    Jérôme Scalabrini, Psychologue clinicien UPPEA, Paris

    Présentation d’un adolescent en cure de relaxation : corps, demande, et transfert

    Marika Bergés, Psychologue, Psychanalyse, Paris

    Comment la Relaxation Thérapeutique peut éviter le piège de la séduction ( toucher, voix), du maternage, de la « consolation » , de la réparation, en somme l’imaginaire , pour permettre au patient , dans le réel de son corps, d’accéder à la place symbolique dont on lui fait le crédit dès la première rencontre, ce que Bergès appelait «  la clinique de l’hypothèse ».

    Vincent Dubertret, Psychomotricien, Séguret

    « Sur la terre, une trace, une empreinte. Le chasseur nomme la bête qui est passée par là, cette empreinte perd son mystère, parce qu’elle a été nommée.

    Ainsi met il « du signifiant », «  d’où ce passage du signe au signifiant : la trace est le support de ce signifiant et interroge comment le corps y est engagé. En relaxation, le toucher, accompagné par les mots de l’induction, épingle les parties du corps. La trace place le sujet dans son histoire, dans la mémoire des évènements passés, trace porteuse de signes qui renvoie à l’adresse, à celui qui sait la lire…. »

    12h00 : Déjeuner libre

    Après-midi

    Florence Cartairade, Psychologue, Psychanalyste, Paris

    « Je parle trop ? »
    Esquisse d’un transfert au féminin

    « À travers une cure de relaxation Thérapeutique avec une adolescente, seront abordées les questions de la relation « mère-fille », séparation-individuation, de la voix et la respiration, de la présence du corps à la place d’un discours défensif, de la féminité à travers le transfert à la thérapeute en relaxation.

    14h : Stéphane Fourrier, Psychiatre, Psychanalyste, Caen

    « Corps de l'enfant et circuit de la demande » Le corps de l'enfant est au centre des demandes qui amènent les parents à consulter. La relaxation thérapeutique permet de prendre en compte ce corps en le dégageant d'emblée de ce circuit où il est pris. Nous verrons, en l'illustrant d'exemples cliniques, à quelles conditions fondamentales peut s'opérer cet écart, et les conséquences sur le transfert de cette opération symbolique que soutient le thérapeute.

    Si Mostafa Ettajani , Psychologue, Psychanalyste Marrakech/Maroc

    « Corps, miroir et transfert » Le thérapeute est capté aussi par le regard de l’autre, sa posture, sa motricité et son regard rentrent également en jeu dans cette expérience singulière ; la capacité de « faire miroir » repose sur le supposé « corps libre : corps /sujet ».

    «  La relaxation permet, pendant la séance, une véritable exploration du corps et de l’image mentale, à condition que le toucher et la mobilisation s’accompagnent de signifiants qui n’ont rien à voir avec une pédagogie cognitive ou description imaginaire mais une reconnaissance symbolique » J. Bergès 2005. Il y a en effet, quelque chose qui vient se re-jouer dans la relaxation par et dans le transfert Corps/miroir du côté du processus de subjectivation du corps...

    A l’issue des interventions, nous aurons notre Assemblée générale annuelle . 16h 30 fin de la journée Artea

    Merci de vous inscrire à partir du 1er Septembre pour permettre une bonne organisation.

    Adresse mail : contact@arteaberges.fr

    La cotisation 2019 ARTEA est toujours de 35 euros (décision AG 2018)

  • Les Actes de la la journée Artea 2018 « RELAXATION THERAPEUTIQUE BERGES ET ANGOISSE» sont disponibles dans la rubrique nos articles

Actualités Livres

  • Le bonheur des enfants sur ordonnance ?
    Le recours aux médicaments du psychisme


    Marika BERGES-BOUNES, Jean Marie FORGET, Sandrine CALMETTES, Catherine FERRON, Christian REY
    Avec la participation de Jean-Louis CHASSAING, Anne ENOT, Lola FORGEOT, Stéphane FOURRIER, Jamila HAMDANI, Patrick LANDMAN, Évelyne LENOBLE, Constance PRIEUR, Louis SCIARA, Corinne TYSZLER, Pablo VOTADORO

    Dans la collection : Psychanalyse et clinique

    Plus de détails sur le site de l'éditeur
    Aperçu couverture
  • L'enfant sorcier et la psychanalyse


    Dans les sociétés africaines, comme chez les Bantous d’Afrique centrale où l’auteur a grandi, une tradition consiste à considérer certains enfants comme des « ndoki » à qui on attribue le pouvoir maléfique de semer le désordre, de nuire à autrui par des actions maléfiques ou de faire mourir n’importe qui par leur seule volonté appelée « Kindoki ». Ainsi, la cause du malheur comme de l’échec personnel est le plus souvent imputée à un autre, le sorcier (enfant ou adulte), supposé avoir le pouvoir de modifier la réalité, de répandre le malheur et la souffrance. Derrière le symptôme culturel, les croyances en la sorcellerie dont sont accusés les enfants sorciers, l’auteur montre que peuvent se cacher de véritables structures psychopathologiques ou des conflictualités psychiques qui valent pour tous les enfants à travers le monde. Cet ouvrage a pour but de sortir du relativisme culturel, cette haine douce de la réalité. Il fait le lien entre le singulier de la culture et l’universalité de la subjectivité et, par là, ouvre à une prise de conscience du fondement inconscient à l’œuvre dans le « traitement » – entre exorcisme et exclusion – des enfants sorciers, considérés comme des enfants sacrifiés ou des fétiches martyrisés. L’auteur rend compte de la manière dont la psychanalyse contribue à éclairer les pratiques sociales au sein des populations migrantes d’origine africaine en France. Plus de détails dans la rubriqueNos Livres



    Aperçu couverture
  • La relajacion terapeutica en el niño (version espagnole)


    Nous avons le plaisir de vous présenter la version espagnole de notre livre traduit par María Tuirán Rougeon, Psychologue Clinicienne à l’Hôpital de Voiron en addictologie, Psychanalyste membre de l’A.L.I., qui nous l’espérons, sera largement diffusé dans les pays de langue espagnole.Plus de détails dans la rubrique Nos Livres



    Aperçu couverture
  • Il rilassamento terapeutico nel bambino (version italienne)


    Nous avons le plaisir de vous présenter la version italienne de notre livre traduit par Mr Franco Boscaini, Psychologue psychomotricien, Directeur du Centre italien d'Etude et de Recherche en psychologie et psychomotricité à Vérone (Italie).Plus de détails dans la rubrique Nos Livres



    Aperçu couverture
  • La relaxation Thérapeutique chez l'enfant


    Plus de détails dans la rubrique Nos Livres



    Aperçu couverture
  • - La revue « Evolutions Psychomotrices » entièrement consacrée à la Relaxation Thérapeutique Bergès


    La revue « Evolutions Psychomotrices » entièrement consacrée à la Relaxation Thérapeutique Bergès Plus de détails dans la rubrique Nos Livres



    Aperçu couverture
  • Les écrans de nos enfants :

    Le meilleur ou le pire ?


    Marika BERGES-BOUNES, Jean Marie FORGET
    Avec la participation de Sandrine CALMETTES, Catherine FERRON, Christian REY

    Plus de détails dans la rubrique Nos Livres
    Apercu couverture
  • Nous vous invitons à remplir la fiche de renseignement (rubrique Annuaire) , pour nous permettre une mise à jour régulière de vos adresses professionnelles .

  • La cotisation ARTEA est toujours de 35 euros ( décision AG 2018) pour l'année 2019.